Travailler aux États-Unis c’est mieux ?

Partir vivre et travailler aux États-Unis représentait pour moi un rêve de gosse. Lorsque j’ai reçu mon visa de travail H1-B valide durant 3 ans, j’étais comme un fou.

Avant mon départ, je n’avais absolument pas pensé à la transition de la vie professionnelle Française à celle des USA.

Et pourtant… je n’étais pas au bout de mes surprises. Je vous ai donc préparé 5 différences entre travailler en France et aux États-Unis

La pause café

En arrivant quel choc. Ici, on prends la pause café face à son écran, le nez plongé dans un email ou un rapport. Les américains ne connaissent pas les moments de détente auprès de la machine à café. Cela représente du temps perdu et tout le monde reste concentré sur on ordinateur.

Les formalités

En Français les formalités et la politesse est un sport… Mais est-ce bien nécessaire ? LE vouvoiement n’est-il pas suffisamment pour marquer le respect ?
Les américains de leur côté sont beaucoup plus accessible et simple d’approche et il n’est donc pas nécessaire d’en faire des tonnes!

Le temps de travail & vacances

Si il y a une chose dont on peut être fier (Ah vraiment?) ou en tout cas qu’on peut savourer, ce sont nos congés. En moyenne, les américains bénéficient de 2 semaines de congés payés par an. Oui, ça pique!

C’est la norme au pays de l’oncle Sam, les semaines supplémentaires peuvent être acquise petit à petit avec l’ancienneté dans une même entreprise ou négocié à l’embauche. Fallait s’en douter, au pays du capitalisme, tout se négocie.

L’Ambiance

Le bon côté des américains c’est qu’il ne sont pas “coincés” et toujours prêts pour se détendre et rigoler. Il n’est pas rare d’entamer une partie de foot, ou basket dans le lobby ou lounge des bureaux… parfois même avec le boss!

Le visa pour travailler aux États-Unis

Aaaah, ce visa, quelle partie de plaisir. Comme si remplir toutes les conditions n’étaient déjà pas assez difficile…
Il vous faut trouver un employeur, prouver qu’il n’y a pas de personne employable sur place avant qu’il vous embauche, vérifier que l’employeur est prêt à payer les frais d’avocats…

Mais le processus n’est pas particulièrement plaisant non plus. Vous devez passer par un nombre assez impréssionant d’étapes, de validation qui créée énormément de paperasse. Oui, il faut souffrir pour accomplir vos rêves.

Et vous, est-ce que ça vous dirait d’aller travailler aux USA ?

Comments

comments

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *